La déglutition

La position de la pointe de la langue sur les papilles rétro-incisives est l'un des éléments essentiels de la déglutition normale.

La déglutition du nourrisson se décrit :

selon MAURIN : "La langue s'étalant contre les crêtes alvéolaires entre en contact avec la lèvre inférieure. Les lèvres sont fortement contractées à la base du mamelon ou de la tétine. La stabilisation de la mandibule est assurée par les muscles faciaux. Cette déglutition s'effectue toujours arcades séparées".

La déglutition adulte se définit :

selon CHAUVOIS : "la déglutition, que nous réalisons environ 2 000 fois par 24 heures, se fait avec la pointe de la langue sur les papilles palatines".

Au déclenchement de la déglutition le dos de la langue se creuse en forme de gouttière antéro-postérieure, les bords de la langue balaient d'avant en arrière les parois de la cavité formée par les dents en occlusion. L'occlusion entraîne une légère contraction des masseters et des temporaux.

Ensuite la langue prend appui sur la face interne des procès alvéolaires des molaires et des prémolaires supérieures. La gouttière disparaît, le mylo-hyoïdien se contracte fortement, le plancher de la langue s'élève et la langue fait saillie en arrière dans le pharynx.

"Pendant tout ce temps, les lèvres et les joues doivent être parfaitement immobiles. Seul le mouvement de la zone sous-mandibulaire signe la contraction du muscle mylo-hyoïdien."

Le passage à la déglutition adulte se fait entre 18 mois et 10 ans !

La déglutition atypique est appelée :

"Infantile ou primaire, elle n'est pas celle du nourrisson mais a des analogies avec elle" (MAURIN).

 

troubles_div3-1

 

Il existe plusieurs sortes de déglutitions atypiques dont les points communs les plus remarquables sont :

  • la pointe de la langue n'est pas sur les papilles palatines,
  • les bords latéraux de la langue s'interposent entre les arcades alvéolaires,
  • la partie postérieure de la langue s'élève difficilement et les réflexes nauséeux sont faibles ou inexistants,
  • une contraction des lèvres pour assurer l'étanchéité bien que l'absence de contraction ne signifie pas forcement que la déglutition est correcte (FOURNIER).

Les causes :

Les plus fréquemment citées sont : l'allaitement au biberon, la succion du doigt, la respiration buccale, la maturation.

Les conséquences :

Les conséquences maxillo-dentaires les plus fréquentes sont : l'endoalvéolie, la proalvéolie et les béances antérieures ou latérales.